« La décision de l'Autorité palestinienne (AP) de retirer sa demande pour la suspension d'Israël de la Fédération internationale de football, FIFA, est un pas en arrière », dit le porte-parole de l’Observatoire Euro-Méditerranéen pour les droits de l'Homme.

L'organisation condamne le retrait par l'Autorité palestinienne de son soutien à la Fédération palestinienne de football, qui a milité pour la suspension d’Israël, accusé d’avoir restreint la liberté de mouvement des joueurs de Gaza et de Cisjordanie, les empêchant ainsi de participer aux tournois de la FIFA, et détruit des centres sportifs de Gaza, bombardés pendant l’opération « Bordure protectrice», du 28 juillet au 8 août 2014.

« La décision de l’Autorité palestinienne de faire marche arrière encourage Israël à commettre d'autres violations en croyant qu’il peut agir ainsi en toute impunité», dit Ramy Abdu, président d’Euro-Med.

"Israël a sérieusement considéré l’affaire et a essayé, par tous les moyens et avec succès, de forcer l'Autorité palestinienne à abandonner. Le fait qu'Israël se soit senti tellement menacé signifie qu’une suspension de la FIFA est un moyen efficace de faire pression sur Israël pour qu’il mette un terme aux violations des droits humains dans la région ».