Genève - Une survivante des frappes aériennes lors de l'attaque militaire israélienne contre la bande de Gaza en mai 2021 a appelé la communauté internationale au Conseil des droits de l'homme des Nations unies à mettre fin à l'impunité dont jouit Israël et à rendre justice aux victimes.

Zainab Shukri Al-Qolaq, dont la maison a été bombardée par des avions de guerre israéliens et qui est restée sous les décombres pendant 12 heures avant d'être secourue, a déclaré que la frappe aérienne avait tué 22 membres de sa famille, dont sa mère et ses trois frères et sœurs. Elle a demandé au Conseil des droits de l'homme d'expliquer les progrès réalisés par le comité d'enquête qui a été formé après l'attaque israélienne, car des centaines de victimes attendent que ceux qui ont commis de graves violations à leur encontre soient tenus responsables.

   J'ai maintenant 22 ans, et j'ai perdu 22 personnes. Vais-je en perdre davantage lors de mon prochain anniversaire avant que la communauté internationale ne prenne des mesures tangibles pour me rendre justice ?   

Zainab Al-Qolaq, survivante d'une attaque aérienne israélienne

Dans son discours prononcé au nom d'Euro-Med Monitor lors du débat général sur le point 7 de l'ordre du jour de la 49e session du Conseil des droits de l'homme, Al-Qolaq a déclaré : "Je sais que ma perte est trop importante pour être compensée. Mais ma mère, ma sœur, mon frère et ma famille ne reposeront en paix que lorsque les auteurs de ces crimes seront tenus responsables."

"Je veux savoir quels progrès ont été réalisés par la commission d'enquête que vous avez formée après l'attaque israélienne. A-t-elle été en mesure d'identifier les responsables de l'anéantissement de ma famille ? De véritables mesures seront-elles prises pour éviter des tragédies similaires ?"

Al-Qolaq a exprimé sa crainte de perdre davantage de membres de sa famille, en disant : "J'ai maintenant 22 ans, et j'ai perdu 22 personnes. En perdrai-je davantage lors de mon prochain anniversaire avant que la communauté internationale ne prenne des mesures tangibles pour me rendre justice ?"

Le 16 mai 2021, les avions de guerre israéliens ont utilisé des bombes lourdes pour cibler l'immeuble résidentiel où vivaient Al-Qolaq et sa famille, dans la rue Al-Wehda, à l'ouest de la ville de Gaza. Le bâtiment a été complètement détruit ; 42 civils ont été tués, dont 16 femmes et dix enfants. Cinquante autres personnes ont été blessées.

Après l'attaque israélienne sur la bande de Gaza en mai 2021, Euro-Med Monitor a publié une série de rapports, dont Inescapable Hell, Left in Tatters et One War Older. Grâce à des recherches sur le terrain, des entretiens avec des victimes et des analyses, ces rapports documentent les résultats du ciblage direct des civils - en particulier leurs effets psychologiques sur les groupes vulnérables, tels que les femmes et les enfants. Les rapports présentent un examen complet des pertes infligées au secteur économique et aux infrastructures de la bande de Gaza.

Les rapports fournissent également des analyses sur l'attaque et ses effets d'un point de vue juridique, confirmant que ce qu'Israël a fait peut s'apparenter à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. La communauté internationale devrait activer les outils de responsabilisation afin de tenir Israël pour responsable de ses graves violations des droits de l'homme.

Al-Qolaq a récemment rejoint le programme de production de formation et de mentorat d'Euro-Med Monitor, qui vise à intégrer les jeunes vivant dans des zones de conflit dans les droits de l'homme et le travail humanitaire. Il les encourage à utiliser les compétences et les communications nécessaires pour employer des mécanismes de défense des droits de l'homme.

 

Déclaration complète :

Monsieur le Président,

Je m'appelle Zainab. Je suis une Palestinienne de la bande de Gaza. Et par miracle, je suis encore en vie pour vous parler aujourd'hui après que les forces israéliennes aient bombardé ma maison pendant l'attaque israélienne sur Gaza en mai 2021. J'ai été gravement blessé et je suis resté sous les décombres pendant 12 heures avant qu'on ne m'en sorte.

Après mon réveil, j'ai eu le choc de perdre 22 membres de ma famille. La vie et la mort sont devenues une vie pour moi. Le bombardement a tué ma mère, Amal, ma sœur Hannah, mes frères Ahmed et Taher, mes cousins et bien d'autres membres de ma famille que je ne peux pas nommer car je ressens une véritable douleur dans la poitrine en me remémorant ce souvenir.

Toutes les maisons de notre quartier ont été rasées, alors qu'il n'y avait pas une seule personne armée parmi nous et qu'aucune action militaire n'a été menée depuis notre zone. Nous étions un groupe de personnes sans défense, écoutant avec anxiété les bruits des bombardements qui emportaient la mort avec eux.

Je sais que ma perte est trop importante pour être compensée, mais ma mère, ma sœur, mes frères, ma famille ne reposeront en paix que lorsque les coupables seront tenus pour responsables.

Monsieur le Président, je suis curieux de savoir quels progrès ont été accomplis par la commission d'enquête que vous avez formée après l'attaque israélienne. A-t-elle été en mesure d'identifier les responsables de l'extermination de ma famille ? Des mesures seront-elles prises pour éviter des tragédies similaires ?

J'ai maintenant 22 ans et j'ai perdu 22 personnes. En perdrai-je davantage lors de mon prochain anniversaire avant que la communauté internationale ne prenne des mesures tangibles pour me rendre justice ?